« Vous avez 30 minutes », ou pourquoi se préparer à la catastrophe nucléaire

Tucson, Arizona

Samedi 26 février 2022. Le groupe ARTS – Autonomy and Resiliency in The Southwest – organise aujourd’hui l’une de ses réunions « semi-publiques » bimensuelles. Jake B., l’animateur principal, un homme d’une trentaine d’années, avait initialement envisagé une séance centrée sur les « maisons autonomes » et les stratégies de construction à mettre en place pour vivre de manière isolée (« off grid »). Mais quelques jours auparavant, la Russie a lancé une offensive militaire sur l’Ukraine. Au vu des « événements en cours », Jake a rapidement décidé d’ajuster l’ordre du jour et nous sommes invités à suivre à la place une formation de préparation aux attaques nucléaires. 

Avec une population avoisinant le million d’habitants, Tucson, au sud de l’Arizona, est la seconde aire métropolitaine de l’État. Certes, la ville n’est pas à priori la « cible prioritaire de l’ennemi » mais, comme le rappelle Jake d’un air inquiet, les trois principaux employeurs de la région restent l’Université d’Arizona et ses centres d’excellences scientifiques, Raytheon (le second groupe mondial des industries de défense et de sécurité) et la base militaire Davis-Monthan (US Air Force). Tucson serait donc « une cible stratégique potentielle », et les membres d’ARTS ont hâte d’apprendre la meilleure stratégie face à la possibilité d’une attaque nucléaire.

Je participe aux activités d’ARTS dans le cadre d’une enquête sur la préparation (« preparedness »), cette activité relativement structurée aux Etats-Unis dans laquelle se reconnaissent aujourd’hui des millions de sympathisants, et dont les plus investis s’appellent preppers, survivalistes ou « résilients ». Pour ces Américains engagés, le monde actuel est exposé à une multitude de dangers qui, un jour, révéleront la précarité de nos existences. Nos sociétés, pensent-ils, sont endormis dans un confort ouaté ; amollis par la modernité, nous aurions perdu la capacité de supporter la fin de notre quotidien. Or, lorsque viendra le jour – inéluctable, croient-ils – où un événement mettra à jour la faiblesse et la fragilité de notre « système », seuls celles et ceux qui auront anticipé, qui se seront « préparés » et qui auront investi le temps, l’argent et l’énergie requis seront armés pour faire face aux dangers annoncés.

Aux États-Unis, la préparation est parfois considérée comme une véritable sous-culture, adossée à un imaginaire postapocalyptique codifié. Elle attire majoritairement un public conservateur, voire réactionnaire, masculin, blanc, séduit par le projet de régénérescence et de fortification qu’impliquent, selon eux, l’anticipation et les ajustements constants qu’il requiert. Notre monde pourrait ne pas résister à une nouvelle pandémie, à une crise migratoire globale, à une catastrophe nucléaire, à un effondrement économique, à un tremblement de terre, à une éruption solaire… la liste est sans fin (et suscite d’ailleurs de nombreuses discussions et extrapolations). Mais, après tout, qu’importent les craintes et les causes ; ce qui compte avant tout, ce sont les stratégies qu’elles impliquent et le travail qu’elles requiert. Et le monde prepper de réfléchir, depuis des décennies, aux meilleures tactiques de « survie » (stockage d’eau et de vivres, apprentissage de soins de premier secours, techniques agricoles de survie, défense des biens et des personnes, etc.).

Pourquoi enquêter sur la préparation ? Auprès des survivalistes, je cherche plus spécifiquement à saisir les pratiques et les discours qui entourent la possibilité, voire la probabilité, d’une crise environnementale radicale et ses effets politiques. Pour le dire autrement, j’observe comment, dans un temps saturé par des anticipations écologiques apocalyptiques (réchauffement climatique, extinction de masse, appauvrissement des sols, etc.), des agents pourtant peu associés au progressisme écologique intègrent la menace environnementale comme facteur de bouleversement social et politique. 

À Tucson, les membres d’ARTS me connaissent ainsi comme un chercheur en sociologie travaillant sur les enjeux sociaux soulevés par la crise écologique. Toutefois, si je leur exprime un intérêt sincère pour les « stratégies de résilience » et les techniques d’adaptation, je tais à l’inverse une autre préoccupation, plus politique, pour l’évolution contemporaine du conservatisme américain. Cet évitement – parfois inconfortable – relève de la seule stratégie. Fréquentant ce milieu depuis maintenant plusieurs années, je connais la méfiance que suscite l’académie et toute entreprise associée aux « libéraux » de l’Université. Initialement, j’avais tenté de m’introduire comme chercheur dans une autre région et un autre groupe. Mais mes demandes étaient malheureusement restées lettre morte, heurtant certainement les membres d’un espace fermé, blanc, chrétien, « patriote », qui plus est armé, parfois violent et potentiellement dangereux. J’ai opté cette fois-ci pour d’autres formes d’introduction et la position ambigüe que j’occupe à Tucson me convient. Étranger un peu étrange, je suis toléré dans les temps publics d’ARTS sans avoir été invité à rejoindre les activités plus secrètes. Ainsi, je ne participe pas aux événements « privés » qui se tiennent les semaines impaires, ni n’ai rejoint le groupe Telegram (le réseau social numérique sécurisé qu’ils fréquentent). Pour autant, progressivement, j’apprends à leur contact ce que « se préparer » veut dire.

Mais aujourd’hui notre temps de réunion est moins dédié à l’urgence écologique qu’à la possibilité d’une attaque militaire. Réunis à la « location #3 » – un parc public du centre-ville – nous sommes assis à l’ombre d’une des nombreuses ramadas en béton qui parsèment le gazon écorché. Après quelques mots d’accueil, Jake passe la parole à Robert C. en charge d’animer la matinée. Robert – Bob – a 73 ans ; c’est l’un des fondateurs d’ARTS et l’un de ses membres les plus respectés. Cheveux blancs, moustache drue, il porte aujourd’hui un blouson en cuir élimé et cache son visage derrière ses lunettes aviateurs miroir. Bob commence par nous distribuer quelques feuilles imprimées, intitulées « Preparations for a Nuclear Detonation (or BOAKYAGB) » – un acronyme supplémentaire dont le monde prepper est friand, et dont j’apprendrais plus tard qu’il signifie Bend Over And Kiss Your Ass Good Bye. Bob est un ancien ingénieur en armement, retraité de Raytheon. L’assistance est composée de quinze hommes et  trois femmes, âgés pour la plupart de 60 ans et plus. Comme lors de la plupart des réunions auxquelles j’ai assisté, nous sommes tous Blancs. 

Dès que Bob prend la parole, le groupe se tait et l’écoute attentivement. Il commence sa présentation par une introduction générale sur les différents rayonnements (alpha, beta, gamma…), les unités de radiation (REM, Sieverts, Röntgen…) et commente la fonction décroissante de l’exposition à la radioactivité en fonction du temps. Depuis plusieurs mois que je fréquente ARTS, les visages me sont devenus familiers et je sais que le bagage scientifique de la plupart des présents est insuffisant pour se repérer dans les conversions d’unités et les graphiques proposés. Certes, le groupe est friand des approches techniques qui exercent sur la plupart la fascination rassurante d’un propos calibré, mesuré, contrôlé et « pragmatique ». Mais ARTS recrute plutôt parmi les classes moyennes et populaires – à l’instar d’autres groupes de préparation – et les sourcils froncés de l’assistance témoignent des efforts soutenus que suscite la présentation. « Cela fait beaucoup, admet Robert. Mais retenez la règle des 7-10. Toutes les 7 heures, l’exposition extérieure diminue d’un facteur 10. Et ça veut dire quoi pour vous ? Ça veut dire que si vous survivez à l’explosion, vous allez devoir rejoindre une zone non contaminée et y rester le temps que ça diminue. En gros, deux semaines. Minimum. Et même enterrés ou dans un abri, il vous faudra continuer à surveiller la dose que vous avez reçue, comme la radioactivité extérieure. D’autant plus qu’il est possible qu’une seconde frappe arrive. »

Robert sort ensuite d’un grand sac kaki plusieurs dosimètres, qu’il étale sur la table installée devant lui. Il les présente au public et explique les avantages et les inconvénients des différents modèles. Un tel n’enregistre que l’exposition instantanée, un autre est efficace mais gourmand en batterie, un troisième, particulièrement sensible, est bien adapté aux mesures précises mais demeure trop lourd pour être totalement adéquat. « Bref, termine Bob, vous avez de tout sur le marché. Mais je vous conseille d’en acheter un, même en entrée de gamme. Ça commence à 120-150 dollars. Ce n’est pas grand’chose si c’est le prix de votre vie. Mais bon, cela relève de votre responsabilité. C’est vous qui décidez. » Et Bob de poursuivre :

« Il vous faut ensuite choisir votre abri. La règle est simple : minimiser l’exposition. Alors bien sûr, ça va dépendre d’où vous êtes, de la direction et de la force du vent ce jour-là, de la réaction des civils, etc. Et vous ne serez pas prévenus. Alors soyez prêts tout le temps. À chaque fois que vous sortez de chez vous, il faut toujours repérer, où que vous soyez, là où vous pouvez vous abriter. C’est un état d’esprit qu’il vous faut acquérir [a mindset]. Si vous êtes assez loin pour survivre au blast, en gros, vous avez trente minutes pour vous abriter. Trente minutes, ce n’est pas rien. Mais il ne faut pas vous planter [sourire]. Vous visez un immeuble de grande hauteur et vous foncez au sous-sol. Les couches de béton vous protégeront des retombées verticales. Et le sous-sol des radiations horizontales. » 

Joey, un jeune pompier respecté du groupe, débrouillard et athlétique, lève la main et intervient :

«  Moi, je vis dans le désert. C’est plat et y’a pas d’immeubles.

– Le premier voisin, il est à 15 minutes de voiture. Je fais quoi, moi ?

– T’as accès aux égouts ? C’est pas mal, c’est du béton et c’est sous terre. 

– Ben non, j’ai une fosse septique. »

Le groupe rit et Bob ajoute : « alors prie pour que la bombe tombe sur toi. Ce sera instantané. T’auras pas à t’inquiéter ». La plaisanterie n’amuse pas Joey, qui pâlit et devient visiblement nerveux. Bob se reprend : « Ne t’inquiète pas. Les risques sont faibles. Bon… Ils sont faibles mais c’est vrai qu’ils ne sont pas nuls… ». Joey acquiesce et ajoute : « Je vais quand même acheter un dosimètre. Et je le garderai tout le temps sur moi. »

S’abriter, certes, mais qu’emmener ? Les preppers discutent souvent de leur BOB, ou Bug Out Bag, ce sac préparé avec soin qui réunit le matériel et les outils nécessaires aux situations critiques. Tente, sac de couchage, vêtements, ustensiles de cuisine, cartes imprimées, kit médical, matériel de communication, rations, système de purification, etc., le BOB doit être entreposé dans un endroit accessible et permettre l’évacuation en cas d’urgence. Dans son document, Robert a consacré une grande section à la catégorie « Bugging out ». Il conseille aujourd’hui de préparer un second BOB, cette fois-ci dédié aux situations « CBRN » (Chemical, Biological, Radiological, and Nuclear). Si le BOB est souvent un simple sac à dos, le CBRN Response Bag ou BOB-CBRN peut être plus imposant – de toute manière, explique-t-il :

« Vous avez le temps, à nouveau. Je vous rappelle, c’est trente minutes. Il suffit de le préparer, de le laisser à côté de la porte d’entrée où vous gardez votre BOB normal et puis voilà. Hop, dans la bagnole. […] Par contre, vous devez au moins préparer un volume équivalent à votre BOB-CBRN en eau, et un volume équivalent en nourriture – compter qu’il faut contenir deux semaines au minimum. Ça fait déjà près de 200 gallons pour vous [environ 750 litres]. Et c’est à adapter. Ce volume, c’est pour une personne ; il faut aussi prévoir pour la femme, les enfants et le chien. C’est votre responsabilité. Et ce sac doit être spécifique. Il vous faut un second dosimètre de rechange, une radio pour la communication, des piles, des tonnes de piles, vous n’aurez jamais assez de piles, des sacs plastiques pour vous couvrir le corps des retombées radioactives, des bandages et des médicaments pour soigner les brûlures – c’est une explosion nucléaire, ce sera sale, n’imaginez pas que vous vous en sortirez bien. Il vous faut aussi des vêtements de rechange, les vôtres seront contaminés. Pensez à un seau et à des ziplocs aussi, vous allez aller sous terre, il faudra gérer vos excréments. Prévoyez une bonne bouteille de vin (ou plus), il vous faut gérer le moral. Ah, et une Bible aussi ; ce sera votre lecture la plus réconfortante en ces temps difficiles. »

Devant son auditoire muet, Bob propose ensuite des « exercices ». Il nous présente notamment le site Nukemap (http://nukemap.org/nukemap) où une application gratuite simule les conséquences d’une frappe nucléaire. Bob la préfère à celle du National Atmospheric Release Advisory Center, jugée plus technique (http://narac.llnl.gov/hotspot). Effectivement Nukemap semble plus simple d’accès. « C’est facile, abonde Bob. D’ailleurs, vous pouvez paramétrer pleins de trucs : la vitesse du vent, le poids de la bombe, le lieu d’impact… Et vous voyez aussi les dégâts en termes humain [casualties]. Bon, à nouveau, les chances que ça arrive sont très faibles [very unlikely], hein, mais c’est amusant à faire tourner. » 

L’assistance ne semble pas aussi amusée que Bob. Depuis 90 minutes que la réunion a commencé, les visages se sont assombris, les mines se sont grisées. Lucy lève la main. Elle est confortablement installée sur la chaise pliante en toile qu’elle apporte systématiquement. « C’est aussi à cause de Biden. Avec Trump, Poutine n’aurait jamais fait ça [l’invasion de l’Ukraine]. » 

« C’est vrai ; c’est un monde fou » acquiesce Robert. « La Russie a 36 000 têtes nucléaires. Sûrement plus, beaucoup plus. Mais nous, à cause des démocrates on a baissé notre arsenal pour faire plaisir à on-ne-sait-qui. Si on laisse le monde aux bad guys, il ne faut pas s’étonner qu’ils le prennent. Et je dirai qu’on est en moins bonne position que durant la Guerre froide. Dans les années 1980, on avait de l’avance. Maintenant, avec les traités internationaux, on a baissé nos stocks.  On est plus faibles.  Ce n’est plus l’Amérique d’avant. » 

Le constat est partagé par beaucoup ; des propos dépités se font entendre dans l’assistance. « L’Amérique d’avant », « la bonne vieille Amérique », « la patrie » n’a plus en 2022 son lustre d’antan. Les responsables varient, en fonction des sessions, des thèmes et des présentations. Cela peut être les migrants – c’est souvent les migrants… – et les politiques migratoires « laxistes » des « naïfs qui [les] gouvernent » ; c’est parfois « l’Université et les libéraux » qui n’en finissent plus de saper les fondements de la nation ; les « mœurs actuelles » et les « attaques contre la famille Américaine » contribuent aussi, pensent-ils, à instiller le poison de la décadence ; avec bien sûr, « Netflix, Hollywood ou les médias mainstream » qui « n’en finissent pas de mentir », comme l’a encore montré la dernière élection et le cirque [shit show] du ‘soi-disant virus’ » ; et qu’on ne leur parle pas de Joe Biden, Kamala Harris ou Nancy Pelosi… Les autocollants « Three Percenters », « Don’t Thread on Me » ou « Let’s Go Brandon » accolés à l’arrière des pick-ups ne laissent pas planer le moindre doute quant aux orientations politiques des participants. Certes, les membres d’ARTS savent bien que les dangers ne sont pas qu’intérieurs – et si la session d’aujourd’hui s’est principalement centrée sur la Russie, c’est habituellement la Chine qui est perçue et désignée comme la puissance menaçante. Mais ce sont bien les « faiblesses » internes des États-Unis qui les rendent « incapables aujourd’hui de résister », pensent-ils, aux menaces du monde.

À nouveau, les membres d’ARTS terminent leur temps de « préparation » en lamentations politiques. Les échanges initiaux, souvent spécialisés et techniques, dévient systématiquement vers le commentaire d’actualité à l’occasion duquel ils expriment entre convaincus leur mépris de la dégénérescence libérale. Si, pour les preppers, l’inéluctable se produira, n’est-ce pas aussi (voire avant tout) parce que l’État (fédéral) serait « corrompu », « incapable », et « vicié », les gouvernants « incompétents » et « menteurs », les esprits pollués par les médias et les réseaux sociaux ? D’ailleurs, n’ont-ils de cesse de s’interroger, que reste-il aux « vrais patriotes », aux « vrais Américains » et aux « vrais conservateurs » ? Ne sont-ils pas condamnés à observer, impuissants, leur pays se dissoudre dans la débilité du moment ?

Alors il leur faut réagir, anticiper et prévoir « l’après ». Le monde d’aujourd’hui, pensent-ils, n’est plus acceptable ; mais il se révélera bientôt à tous pour ce qu’il est : invivable et insoutenable. Certes, les preppers ne seront jamais totalement « prêts » ; la plupart le savent. Si leurs stratégies sont détaillées et développées, les survivalistes restent toujours confrontés à l’imprévu, et, surtout, à la possibilité d’un manque ou d’une erreur. « Being ready » n’est pas un objectif totalement atteignable. Mais qu’importe, après tout. La préparation ne tire-t-elle pas sa valeur, au contraire, dans le travail infini qu’elle requiert ? Rien ne sera jamais totalement maîtrisé, prévu ou planifié. Pourtant, ce désir de contrôle exige de la discipline, de la vigilance, de la maîtrise, de la rationalité, de la stratégie… Autant de vertus qui, pensent les survivalistes, sont justement cultivées par la préparation. Dès lors, si la preparedness est un travail individuel qui requiert l’affermissement des corps et des volontés, elle est aussi une entreprise collective qui permet à certains d’œuvrer à l’aguerrissement et à la diffusion de leurs valeurs. Parmi elles, et en priorité, la propriété privée, l’individualisme, le christianisme, la violence, la supériorité supposée de la virilité ou la force de la blanchité…. Au final, moins que des astuces, des techniques ou des compétences, ce sont ces croyances cultivées qui leur permettront de « survivre », de « faire face » ou de « confronter ». Plus encore, croient-ils, elles leur donneront raison. Le monde s’écroulera mais eux triompheront. Paradoxalement, les preppers ne craignent pas la catastrophe ; en réalité, certains l’espèrent.  Elle confirmera – enfin ! – la supériorité de leurs valeurs, de leurs croyances et de leur projet.

11h, la session est levée. Nous nous retrouverons dans quinze jours pour parler du thème initialement prévu : la construction de maisons autonomes et résilientes et, surtout, les meilleurs moyens à mettre en place pour résister aux bouleversements à venir, et pour assurer sa défense (par les armes). Le rendez-vous est cette fois-ci donné à la #Location 1. Jake en rappelle les coordonnées GPS et insiste sur la fréquence de radio amateur à laquelle, « si besoin », il reste joignable (FRS Channel 4, 459.5562). Tous y seront.

Par Sébastien Roux.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sébastien Roux (6 septembre 2022). « Vous avez 30 minutes », ou pourquoi se préparer à la catastrophe nucléaire. Terrains ethnographiques nord-américains. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/upaf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.