Résister et danser. Ethnographie d’un festival techno au cœur du centre-ville

Detroit, Michigan

L’histoire commune de Détroit et de la musique techno remonte aux années 1980. Les origines de cette musique associée aux artistes africains-américains ont été bien documentées (Sicko, 2019 [1999]). Quarante ans plus tard, son essor ouvre à l’analyse des rapports de force et des distinctions entre reconnaissance globale et territorialisée de cette musique (Dalphond, 2007). À partir de 2015, le tourisme techno à Détroit – notamment via le festival Movement1 – a été décrit par la recherche scientifique comme créateur « d’événements exclusifs » par les industries culturelles et de service (Trottier, 2017 ; Rietveld et Kolioulis, 2018 : 35), tournées vers un public régional/national/international et aisé. Cette valorisation marchande apparaît pourtant éloignée de certaines préoccupations d’indépendance, underground et contre-industrielles, portées par l’aura de la techno de Détroit, et des luttes sociales qui lui sont liées : le déclin urbain, la ségrégation, la pauvreté.

Détroit est « une ville techno ». Cependant, tant la familiarité de tou.tes ses habitant.e.s à cette musique, comme logique de reconnaissance uniforme et populaire (Benadbellah, 2017 : 85), que les différences entre espaces de centralité et les périphéries dans lesquelles se fond cette culture musicale (Rietveld et Kolioulis, 2018 : 35-36), doivent être explorées et circonscrites. Comment et quel.les acteurs.rices défendent la techno à Détroit ? Dans quelles circonstances ? J’interroge dans cet article la reconfiguration des expériences de la ville et de son centre en fonction des manières de fabriquer la fête/le festival et des appropriations conséquentes de l’espace public. Quel rôle un festival non marchand peut-il avoir dans la construction de l’espace public ?

Cette étude repose sur une enquête menée de 2014 à 2015, dans laquelle j’ai réalisé deux séjours de quatre mois à Détroit, en période estivale. À partir de ces terrains, j’ai écrit une thèse intitulée « Les mondes de la techno à Détroit » (EHESS – Centre Georg Simmel), soutenue en décembre 2018. Entre enquêtes auprès de jeunes artistes et ethnographies de la fabrique de la techno, j’ai pu élaborer une analyse des liens entre ville et musique en pointant les divers mécanismes, réseaux et logiques propres à chaque monde de la techno, et dépasser le concept de scène locale/globale (Benett et Peterson, 2014). Cette ethnographie se focalise sur les manières dont le festival Tec-Troit – festival gratuit de 3 jours en centre-ville – occupe l’espace public. Tant les interactions, les rapports personnels et professionnels entre les DJ locaux, que leurs discours et leurs actes auprès du public, des forces de police ou des commerçants sont enquêtés.

Marcher sur un flyer, entrer sur le terrain

Le 25 mai 2014, je marche sur un flyer (figure 1), en sortant du festival Movement. Je me tiens alors en plein cœur du centre-ville, sur Hart Plaza, à l’extérieur des grandes barrières de ce festival de type citadelle (Wynn, 2015 : 54-72). Arrivé depuis un mois à Détroit, je suis attentif aux multiples prospectus hors de cet énorme festival, où de nombreux promoteur.rices de soirées en dehors du centre-ville démarchent les festivaliers pour des afterparty. Sur ce flyer, au graphisme reprenant l’image d’un circuit imprimé, on peut lire au recto : Tec-Troit V.4. Free 3 Day Electronic Music Fest. June 20th, 21st (Revenge of Vinyl), 22nd. Harmonie Park – 1465 Centre St. Detroit. Malgré les données sur internet à propos des événements à Détroit, Tec-Troit n’était pas encore visible dans ma recherche, soulignant que l’ethnographie est bien portée par le corps du.de la chercheur.se. Cette opportunité-ci de littéralement marcher sur un indice matériel permet d’ouvrir une des portes du monde social qu’iel étudie. Quelques éléments via ce flyer indiquent déjà un positionnement particulier de Tec-Troit par rapport à d’autres événements de musiques électroniques. Parmi tous les artistes qui me sont inconnus, je lis la présence du DJ Terrence Parker, DJ de Détroit reconnu internationalement, mais aucun.e artiste n’est présenté.e comme une tête d’affiche, contrairement aux DJ célèbres dans le monde, de Détroit et d’ailleurs, présents au Movement. Aux sponsors nationaux et internationaux du Movement se substituent des commerces du centre, dont le Mix Bricktown un bar-lounge-club tenu par la DJ Lynda Carter, que je vais rencontrer au Tec-Troit. Des labels de Détroit sont également partenaires : Detroit Techno Militia ou Nuestro Futuro. Ce dernier label a été créé par Raul Roacha aka DJ Roach 313 (313, est l’indicatif téléphonique de Détroit) et fondateur du festival Tec-Troit en 2011, avec Heather Raye. Ainsi, une première trame tangible d’un réseau d’acteur.rices locales et de leurs pratiques se profile. Loin d’une communauté « imaginée » de la techno (Anderson, 1983), cette communauté émotionnelle (Rosenwein, 2005) et créatrice s’articule dans ses particularités locales. Ce réseau n’incarne pas seulement la techno de Détroit, comme une performance musicale d’un style translocal et une forme de l’empreinte esthétique d’une ville, mais aussi la techno à Détroit, dans sa fabrique localisée et son ancrage localiste.

Figure 1 : Flyer du Tec-Troit 2014, recto/verso.

Un mois avant la tenue du festival, je contacte DJ Roach 3132 via Facebook pour lui parler de ma recherche et de ma venue. Il m’explique que le festival est ouvert à tous.tes et me prévient : « n’oublie pas d’apporter de la nourriture si tu peux, les dons reviendront directement à l’asso RAWS – Ravers Against World Starvation à Détroit ». Ce premier échange tourné vers la solidarité locale, ouvre le début du processus d’intégration au terrain3.

Guillaume Echelard interroge déjà « la difficulté d’observer la boîte de nuit » et « les corps sous emprises », soit la complexité d’une démarche ethnographique dans le cadre de la fête (Echelard, 2020). Le terrain en festival présenté ici surmonte quelques difficultés inhérentes « à la pénombre bruyante » (Boutouyrie, 2006). L’ethnographie du Tec-Troit se réalise sur trois journées de 14h à minuit, et dans un espace non pas clos mais ouvert. Néanmoins, il reste que l’ambiance musicale et les interactions multiples dans lesquels chaque individu ou groupe s’inscrit, rendent difficiles de longs échanges parlés. C’est pourquoi des morceaux d’entretien avec Raul Roach complètent cette ethnographie. 

Si l’anthropologie de la nuit tend à analyser la fête comme un lieu de rupture avec les conventions en journée (Gallinier et al., 2010), elle montre aussi que les activités nocturnes tendent à réutiliser des codes capitalistes et néo-libéraux pour prolonger ce qui est diurne, comme un temps normalisé. Ainsi, dans cette festivalisation du centre-ville, assistons-nous au développement du marché de la fête pour « techno-touristes » (Rietvield et Kolioulis, 2018) ou au déploiement d’une fête populaire qui met à l’épreuve tant la ville et ses politiques (Wynn, 2018 : 12) que son investissement pour et par les locaux ? Cette ethnographie explore alors également les tensions dans « la manière de faire local » (Wynn, 2018 : 241-242), par les interactions mobilisées dans la fabrique du festival. Elle interroge un aménagement des sociabilités festives de populations invisibilisées, des résistances locales et des pratiques d’appropriation de l’espace public aux Etats-Unis, au-delà de la logique marchande.

Investir l’espace public d’un centre-ville : tensions avec le tissu urbain

Depuis ma colocation à proximité de la Wayne State University, je descends à vélo 5km au sud jusqu’au centre-ville, pour arriver à l’Harmonie Park vers 14h30, le vendredi 20 juin. Le parc d’une superficie de 900m2 (0,005% de la superficie du centre-ville) n’est pas reconnu comme un des six parcs attractifs du centre-ville4. Il laisse toujours deviner les gratte-ciels du Central Business District et paraît comme englouti par le centre-ville. À l’exception de quelques événements cyclistes, arpenter les rues de Détroit à vélo n’est pas courant, voire imprudent. L’expression consacrée « to not being a jackass » [ne pas être un imbécile] (Foley, 2015), résonne dans une ville post-industrielle mêlant gentrification, ville noire et criminalité aux Etats-Unis. Sur le terrain, j’omets parfois d’expliquer la raison principale qui me pousse à avoir un vélo pour faire des dizaines de kilomètres : doctorant non financé, je n’ai pas les moyens d’avoir une voiture. Alors que je ne suis pas le seul à ne pouvoir accéder à ce bien dans la Motor City5, je prends ce que je peux. Ainsi, et dans le paraître de la situation pour ne pas passer pour un hipster local ou « un touriste blanc » (Eugénie Clément, 2020), je gare mon vélo loin du parc ce jour-ci. Je n’ai compris que plus tard que cette transparence économique envers mes enquêtés pouvait créer un nœud de reconnaissance par correspondance et homologie.

En donnant quelques boîtes de conserve et aliments non périssables pour dix dollars, Raul Rocha me remercie. Pris par l’organisation, il court partout et il commence à pleuvoir. Il s’assure que les bâches empêchent les quelques gouttes de pluie de ternir le festival. Mais il m’a repéré. Deux semaines après le festival, je réussis à être en entretien avec lui au Urban Bean Coffee, à une centaine de mètre de l’Harmonie Park (voir plan 1). En l’interrogeant sur la fonction principale du Tec-Troit et sur son évolution, il me dit :

Tec-Troit a été créé pour attirer des DJ locaux sur une bonne scène, un bon sound-system, et gratuitement. […] On va d’ailleurs se rencontrer demain pour faire un planning et tenter de s’améliorer. Voyons ce qui ne s’est pas bien passé et le corriger pour l’avenir. Tout s’est passé calmement [smoothly] cette année [je réponds « Oui »]. C’était chouette, je t’ai même vu danser ! [rires] [Entretien avec Raul Rocha, Urban Bean Coffee, 10 juillet]6

Carte 1 : Carte du sud et centre-ville de Détroit & focale sur Paradise Valley – Harmonie Park

Au-delà de notre impression générale, le Tec-Troit 2014 s’est-il réellement passé smoothly ? Si vers 15h la pluie compromet la fête, elle n’empêche pas les sans domicile-fixe et grands précaires habitués du parc de rester installé.es sur le mobilier urbain, de continuer les activités mais aussi de s’approcher pour écouter la musique (figure 2). Une voiture de police fait le tour du parc plusieurs fois. Lorsque la pluie se calme, une trentaine de nouvelles personnes se promènent autour des scènes. Baggy, bière et cigarette à la main, des jeunes blancs d’une vingtaine d’années gravitent. Et devant la seconde scène entre Randolph Street et Gratiot Avenue où un DJ mixe, certains s’installent à proximité ou sur les tables du bar chic qui fait l’angle. Quelques pétards tournent et certain.e.s préfèrent boire leur propre boisson que d’acheter une consommation. Le propriétaire a accepté que la scène soit postée devant son entrée, mais à quelles conditions ? Connaissait-il les styles de musique, house et techno, qui sortiraient des enceintes ou comment envisageait-il les retombées de cette fête locale pour son commerce ? Je l’observe pourtant regarder la scène et notre présence d’un mauvais œil. Sur les trois TV à l’intérieur du bar dans lequel quelques familles sont installées sur de confortables canapés, le son de MTV et des tubes du moment continue d’être diffusé.

Figure 2 : Tec-Troit, scène dans l’Harmonie Park, vendredi 20 juin 2014.

Si l’ambiance générale du bar paraît déjà invalidée la présence du festival, son propriétaire interpelle DJ Roach. S’armant de la rhétorique de la nuisance pour qualifier l’événement, il a déjà appelé la police qui intervient alors. DJ Roach se défend : l’événement a l’autorisation de la mairie. Après plusieurs minutes de discussion, d’allers et venues de deux policiers entre le propriétaire et DJ Roach, la seconde scène est fermée. La police assoit l’autorité d’un commerçant plutôt que la tenue d’un événement musical dans les rues de Détroit (figure 3). DJ Roach essaie de rester calme. Finalement, la seconde scène est déplacée à l’intérieur du Coaches Corner, proche de l’Harmonie Park, et partenaire de l’événement. L’usage économique aux dépens de l’usage festif de l’espace est ici appuyé et, au-delà, la tension envers les figures d’autorité de la ville (figurés par « ils » ci-dessous) se fait sentir. D’ailleurs, un post Facebook permet d’en apprendre plus sur la nature des relations déjà forgées avec la police, et de la réception générale du festival, et d’ainsi comprendre le passage d’une logique d’investissement de l’espace public à celle d’une revendication :

Donc la police a fait fermer la deuxième scène, mais nous nous déplaçons à l’intérieur du Coaches Corner, et ce sera donc là que la fête battera son plein. Chaque année ils essaient d’arrêter cet évènement gratuit, mais TEC-TROIT est toujours là et on continue à s’éclater [DJ Roach, Facebook personnel, samedi 21, 16h39].

Figure 3 : DJ Roach 313 échange nerveusement avec deux policiers.

Exister face à une logique de renaissance

Le quartier autour de l’Harmonie Park, nommé Paradise Valley, a de nombreux bâtiments rénovés. Les boutiques et restaurants chics ou les bureaux et appartements de haut standing sont fortement présents. L’appellation Paradise Valley est issue d’une campagne d’affichage massive, qui fait office de vitrine dans la ville pour ce que les médias nomment « New Detroit » ou « Detroit Renaissance ». Une déclaration pourtant fausse et mythifiée, si l’on excepte l’embourgeoisement du centre-ville qui a amené de nombreux résidents pauvres et âgés afro-américains à quitter les lieux, comme me l’ont expliqué d’autres enquêtés. La logique de renaissance fait à la fois table rase du passé et des problèmes inhérents aux systèmes en place (augmentation des loyers, gestion immobilière quasi-monopolistique, développement de nouvelles boutiques, d’industries de pointe et des bureaux tournés vers des bénéficiaires installés en banlieue, gentrification), et invisibilise/évince des existences et des pratiques en cours (déplacement des populations noires de centre-ville vers les quartiers, suppression des petits commerces noirs de proximité, régulation de la population dans les parcs), dont, notamment, celles des Africains-Américains pauvres, voire les supplante par une histoire que ces systèmes embellissent (Staszak, 1999).

Cependant, Paradise Valley est aussi l’œuvre de la réappropriation d’une labellisation précédemment popularisée entre les années 1940-1960, qui donne une autre vision de ce quartier et de son histoire. À cette époque, ce quartier fut un lieu d’installation de nouveaux propriétaires africains-américains (commerces et maisons) au cœur du centre-ville et du développement de l’industrie musicale via des ballrooms et des salles de jazz. Le parc est toujours bordé par le bâtiment de l’Harmonie Club, protégé comme bâtisse historique par l’État du Michigan depuis 1975. Aussi, en dépit d’une mémoire de l’effervescence culturelle afro-américaine et artistique passée, l’avenir de cet espace se tourne vers la location du centre-ville à des bureaux pour de jeunes entreprises innovantes. Ceci marque également le passage d’une histoire du quartier occupée par les figures noires vers une transformation tournée vers des figures blanches. À une exception près : que Tec-Troit réussisse, comme d’autres activités que je qualifie de contre-culturelles et anti-systémiques, à continuer de s’y faire une place en déployant ses propres modes d’existence et de reconnaissance.

(…) Ce lieu, comme je te le disais, avant j’y ai travaillé dans cette zone, juste dans le bar du coin. J’ai travaillé pour eux longtemps. Et quand j’ai commencé en 2009, c’est là que l’idée m’a frappé : “pourquoi ne pas faire un festival, rien ne se passe ici. J’ai pensé au DEMF [ancien nom du festival Movement] ensuite, et je me suis dit : « je pourrais faire ça ici » [Entretien avec Raul Rocha, Urban Bean Coffee, 10 juillet]. 

À Harmonie Park, après les tensions du vendredi soir, le samedi après-midi apparaît sous un grand soleil clément (figure 4.a). La scène extérieure s’est dotée de lumières multicolores qui éclairent les pas des danseur.ses. Même les escaliers se remplissent de monde. Certaines familles arrivent équipées de fauteuils. Les enfants courent. J’échange avec deux vieux sans-domicile fixe, Maurice et Norm. Ils m’ont reconnu d’hier et m’invitent à m’asseoir. Ils me demandent ce que « je fiche dans le coin ». Je leur retourne la question. Ils rient. « On n’a pas l’habitude d’être envahi par les ados blancs », rétorque Maurice. Prenant en compte ce que je leur renvoie de figure blanche, j’observe également que les « ados blancs » de 20 à 35 ans restent la majorité, malgré une mixité forte. Plusieurs groupes de danseurs.ses sont positionnés devant la scène, et impressionnent le public souvent davantage que le DJ. Norm va alors danser dans la foule. Des enfants dansent avec lui. Près de notre table, deux personnes en situation de handicap discutent : Patricia, une femme blanche âgée de plus de 70 ans, surnommée « Grandma Techno », et une jeune femme noire, qui déjà plus tôt jouait avec moi pour être prise en photo, virevoltante avec sa chaise roulante au son de la musique house (figure 4.b). Des sourires, des interactions par la danse, par des jeux créés spontanément, dissipent des stigmates (race et âge) et lissent une stratification sociale. Et j’entre aussi dans la danse. Sous mes pieds, sur les pavés, les visages de grandes figures du jazz et de la soul sont incrustés. Ces émotions et cette expérience créative nous regroupent en un public, partageant un commun en train de se faire. Danser, parler, rire, s’investir dans la réalité sociale en construction permet de brosser un portrait unique des vies dans ce parc autour d’un même rituel festif partagé. En effet, l’expérience corporelle de l’anthropologue, par l’observation participante et ses multiples décalages et stimulations, permet de rendre intelligible la complexe imbrication et fabrication des divers usages et enjeux au sein de cet espace public. Outre la reconnaissance de l’expérience vécue, elle met en relation l’éphémère de l’expérience festivalière et l’infra-ordinaire ou le quotidien du lieu.

Figure 4a : Tec-Troit, scène dans l’Harmonie Park, samedi 21 juin 2014.
4b : Une jeune femme danse et joue avec l’appareil photo.

 

DJ Psycho, du collectif Detroit Techno Militia, prend le micro pour présenter le festival. Il remercie les 50 DJs qui se succèdent sur les deux scènes sur trois jours, et annonce à celleux qui n’auraient pas été attentifs qu’aujourd’hui, les DJ sont invités à jouer uniquement sur des vinyles. Les DJ, très majoritairement des hommes, brandissent des panneaux de scores pour s’encourager ou se moquer. Si le public répond, certaines familles et am.i.es des DJ affichent aussi leur soutien. Le festival est un terrain d’improvisation et d’expériences créatives. La DJ Cash4Gold, que je suivrai par la suite dans mes enquêtes parmi les DJ âgés entre 20 et 35 ans à Détroit, présentée par DJ Roach lors de notre entretien, à inviter un percussionniste sonorisé à jouer. Plus tard, un homme de 60 ans avec sa trompette, non programmé, vient également jouer. « Et tu ne retrouves pas ça au Movement. C’est exceptionnel ! », me dira Raul Rocha.

Conclusion 

Ces interactions confirment les liens de sociabilités d’un réseau d’acteurs.rices locaux et met alors en avant le potentiel créatif et de partage qu’incarne ce lieu-festival. Si Harmonie Park et Tec-Troit sont les réceptacles de pratiques musicales et artistiques éphémères, leurs ancrages dans le tissu urbain appellent également à une construction de la ville par ses habitants.

Dans notre entretien, DJ Roach renvoie ces pratiques et attitudes à celle de la communauté « de l’underground music » de Détroit. Au-delà de l’aspect musical, c’est une communauté d’êtres invisibilisés dans la ville qui veut pourtant se faire entendre. « Keep it real » [garder les pieds sur terre, rester réel, réaliste], c’est l’expression que de nombreux participant.es partagent plusieurs fois avec moi, tout comme Raul Rocha, pour se différencier des superstructures festivalières. Tec-Troit offre ainsi « une contreperspective à des festivals globalisés » (Wolf, 2009). Il opère sur l’archipel des festivités, comme une fête locale et résistante : en défense de la festivité non marchande, anti-uniforme, accessible à tou.te.s, qui se fabrique avec les locaux, et qui trouve des alternatives au contrôle et à la sécurité dans la ville, sans avoir besoin de se cacher (la nuit ou sous le sol « underground »).

Au-delà d’une pratique de jeu sur vinyle empreinte d’un jugement sur l’authenticité d’un artiste dans cette scène locale, servant également de gradient à la hiérarchie professionnelle en son sein, Tec-Troit se positionne sur la transmission d’un héritage et d’une ambiance urbaine générée. Derrière les nombreux sens de « keep it real », j’y interprète aussi l’interpénétration d’un monde qui résiste face à un système, qui se donne un droit au centre-ville/à la ville (Lefebvre, 2009), pour créer une juste réalité enracinée/incarnée – Ingold parle ainsi de « dwelling perspective » (Ingold, 2000) – par la structuration d’une reconnaissance de pratiques sociales et d’affects tenus par ses habitant.es qui participent au terreau du vivre-ensemble.

Les pratiques dépeintes par cette ethnographie, complétée par un entretien, quelques archives et photographies7, formulent une lutte contre l’organisation horizontale des centres-villes, dans laquelle la fête résistante – et tout ce qu’elle agrège – permet d’exister. En 2016, le Tec-Troit n’a pas été autorisé à Harmonie Park et se déplace à l’ouest de Détroit hors du centre-ville. De 2018 à 2022, Tec-Troit se trouve une nouvelle formule en ligne et/ou dans d’autres espaces périphériques au centre-ville.

Par Frédéric Trottier-Pistien (Centre Georg Simmel)

Bibliographie

Anderson Benedict (1983), Immagined Communities, Londres, Verso.

Benabdellah Alia (2017), « Détroit, ville techno : analyse musicale et géographique d’une ville noire en pleine mutation » L’Information géographique, vol. 81, 68-85.

Bennett Andy et Peterson A. Richard (2004), Musis Scenes: local, translocal, virtual, Nashville, Vanderbilt University Press.

Boutouyrie Eric (2006), « Le géographe est-il à l’aise dans la pénombre bruyante ? Notes à propos des difficultés de l’enquête de terrain en rave party », Demain la Géographie, Géopoint, Livre de résumés étendus.

Clément Eugénie (2020), « Ethnographier les résistances Diné », in Terrains ethnographiques nord-américains, https://tena.hypotheses.org/1375 [consulté le 21 octobre 2021]

Dalphond Denise (2007), «Techno… isn’t that German thing?: Postmodernism and the African-American Origins of Electronic Dance Music » in Dass Rhonda et al., (éd.) Over the edge: pushing the boundaries of folklore and ethnomusicology, Cambridge, Cambridge University Press, p. 5-19.

Echelard Guillaume (2020), « L’ethnographie sous les néons », in Terrains ethnographiques nord-américains, https://tena.hypotheses.org/1245 [consulté le 21 octobre 2021]

Foley Aaron (2015), How to Live in Detroit Without Being a Jackass, Cleveland, Belt Publishing.

Gallinier Jacques et al. (2010), « Anthropology of the Night. Cross-Disciplinary Investigations », Current Anthropology, vol. 51, n°6, p. 819-847.

Ingold Tim (2000), The Perception of Environment : Essays on Livelihood, Dwelling and Skill, New York, Routledge.

Lefebvre Henri (2009) [1968], Le droit à la ville, Paris, Economica.

Rietveld Hillegonda et Kolioulis Alessio (2018), « Detroit: Techno City » in Brett Lashua, Stephen Wagg, Karl Spracklen, M. Selim Yavuz (éd.), Sound and the City. Volume 2, Londres, Palgrave Macmillan, p. 33-53.

Rosenwein H. Barbara, « Émotions en politique. Perspectives de médiéviste », Hypothèses, 2002, vol. 1, n°5, p. 315-324.

Staszak Jean-François (1999), « Détruire Détroit. La crise humaine comme produit culturel », Annales de Géographie, t. 108, n°607, p. 277-299.

Sicko Dan (2019) [1999], Techno Rebels. Les pionniers de la techno de Détroit, trad. de l’anglais par Cyrille  Rivallan, Paris, Allia.

Trottier Frédéric (2017), « Experiencing Detroit and techno music. An observational account about Movement 2015 », Ethnomusicology Review.

Trottier Frédéric (2018), Les mondes de la techno à Détroit, thèse en Musiques, histoire et société, EHESS-PSL.

Wolf Richard K. (2009), Theorizing the Local. Music, Practice and Experience in South Asia and Beyond, Oxford, Oxford University Press.

Wynn Jonathan R., (2015) Music/City. American Festivals and Placemaking in Austin, Nashville and Newport, Chicago, University of Chicago Press.



Citer ce billet
fredtrottier (2022, 30 août). Résister et danser. Ethnographie d’un festival techno au cœur du centre-ville. Terrains ethnographiques nord-américains. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/upae

  1. Depuis 2000, ce festival de musiques électroniques, produit par Paxahau (industriel du divertissement et de l’événementiel localisé à Détroit) tient lieu d’institution festivalière, reconnu par la mairie au travers de la Detroit’s Techno Week depuis 2012, et accueillant environ 300.000 personnes pendant trois jours. Pour comparer deux entités festivalières à Détroit, j’invite le.la lecteur.rice à lire mon compte-rendu d’observation du Movement 2015 pour Ethnomusicology Review (Trottier, 2017). []
  2. À 45 ans, ce père de famille de trois enfants, né et grandi à Détroit est un ancien membre du collectif militant et label Underground Resistance. Il partage sa vie professionnelle entre le métier d’ouvrier sur des chantiers de construction routière et celui de DJ, producteur et promoteur événementiel. Sous sa casquette d’artiste, il met en avant ses origines mexicaines, notamment en samplant des enregistrements de son père, chanteur populaire mexicain. []
  3. Outre la prise de note sur portable et sur carnet de terrain, l’ethnographie a pris une première forme à travers la tenue d’un blog bilingue pour permettre aux acteur.rices de rendre intelligible ma recherche auprès des enquêté.e.s. URL : http://afrenchtouchindetroit.blogspot.com/2014/06/tec-troit-genuine-festival.html. []
  4. D’après le site partenaire de la mairie Downtown Detroit Parks. URL: https://www.downtowndetroitparks.com/, consulté le 12 février 2022. []
  5. Si Détroit reste une ville-icône de l’automobile, et dont la superficie nécessite une voiture pour se déplacer – les autres transports étant très précaires et non développés – il reste qu’environ 25% des foyers à Détroit n’ont pas de voiture. Chiffre issu du Census American Community Survey,pour l’année 2015-2016. URL: https://www.governing.com/archive/car-ownership-numbers-of-vehicles-by-city-map.html, consulté le 10 février 2021. []
  6. Toutes les traductions en français d’entretien et de textes sur Facebook sont assurées par l’auteur. []
  7. Toutes les photographies ont été réalisées par Frédéric Trottier-Pistien. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.