Des archives à la Prairie : L’apport d’un terrain à une historienne

Prairie du Rocher, Illinois.

Photo 1 : La troupe de la Guiannée, 31 décembre 2021, devant la Old Creole House de Prairie du Rocher (photo empruntée au groupe Facebook « Prairie du Rocher La Guiannée Society »).

            29 décembre 2021 au crépuscule. Les derniers kilomètres sont un peu éprouvants. Ces trois derniers jours, je me suis habituée à la conduite confortable sur les larges interstates et peine à m’adapter aux plus petites routes de campagne.  Au fur et à mesure qu’on se rapproche de notre destination, la lassitude de la route laisse place à une appréhension mêlée d’excitation. Au détour d’un virage, l’on aperçoit enfin un panneau indiquant « Prairie du Rocher ». Nous sommes arrivés ! 

            Je n’ai passé que trois jours à Prairie du Rocher, village se situant au bord du Mississippi dans le comté de Randolph, Sud de l’Illinois. En tant qu’historienne, ma méthode de travail n’est pas celle du terrain. Je travaille dans des archives et confronte des sources issues du passé. 

            Mes recherches, au croisement de l’histoire culturelle et de l’histoire des sciences, portent sur la construction dans la première moitié du xxe siècle de la catégorie musicale d’American Folk Music. J’étudie le parcours et les travaux de collecteurs, de chercheurs en sciences humaines, ou encore de musiciens et de militants politiques qui ont collecté, étudié ou diffusé les musiques de diverses populations des États-Unis et la manière dont, ce faisant, ils ont construit une représentation culturelle de ce qu’est (ou n’est pas) le peuple américain. Si je ne fais pas moi-même d’enquêtes de terrain, il s’agit bien en revanche d’une pratique centrale dans le parcours des acteurs que j’étudie. 

            Depuis le début du mois de décembre, dans le cadre d’un post-doctorat à la bibliothèque du Congrès de Washington, j’étudie des collectes de musiques franco-américaines du Midwest, notamment du Pays des Illinois. Cette subdivision de l’ancienne Nouvelle-France s’étend sur les deux rives du Mississippi, du Nord de Saint-Louis à l’ancien village de Kaskaskia au Sud, des hameaux de Vieilles Mines dans les Ozarks de l’actuel Missouri à l’Ouest jusqu’à Vincennes, Indiana, à l’Est. Après la cession de la région  à l’Espagne (rive ouest) et à l’Angleterre (rive est) en 1763 puis son intégration aux États-Unis en 1803, la présence française clairsemée s’est progressivement dissoute dans une population majoritairement issue des colons américains et immigrants allemands et irlandais.           

            Tout au long du xxe siècle, des ethnologues, folkloristes et linguistes y ont collecté des chants et des contes en français et étudié le Paw-Paw French du Missouri, dont l’extinction a commencé à être annoncée dès l’aube du xxe siècle. Si le français n’est plus parlé sur la rive Est du Mississippi, quelques locuteurs subsistent aujourd’hui dans la région de Vieilles Mines, notamment grâce à des projets de revitalisation portés par des chercheurs et des associations locales.1

            Fin décembre, mon époux et collaborateur Yves et moi avons eu l’occasion d’assister à la Guiannée – chanson de quête ritualisée de la Saint Sylvestre d’origine française – toujours pratiquée à Prairie du Rocher (Illinois) sur la rive Est et à Sainte Geneviève (Missouri) sur la rive Ouest. Maintes fois enregistrée et commentée par les spécialistes du folklore franco-américain du Midwest, la Guiannée est presque systématiquement présentée par ces chercheurs comme le dernier vestige de l’époque coloniale française, voire même, par certains, comme la preuve de la subsistance d’une identité franco-américaine dans la région (Brassieux, 1999 ; Servaes, 2015). 

            J’étais initialement réticente à l’idée de conduire plus de 1400 kilomètres aller, puis retour, pour aller écouter une chanson. J’avais des doutes quant à l’utilité d’un tel périple ; après tout je ne travaille pas sur la pratique actuelle de la Guiannée.  Si Yves, un ex-ethnologue, n’avait pas insisté sur les bénéfices qu’il y avait à tirer de cette mise en situation, je pense que ce terrain n’aurait jamais eu lieu. Partir sur le terrain avec lui m’a facilité l’enquête : nous pouvions, chaque fois que nous nous retrouvions seuls, résumer ce que nous avions observé, confronter nos interprétations et, parfois, critiquer notre comportement avec les informateurs.

            L’objectif de ce compte-rendu est de faire part de ce que cette première brève expérience de terrain a pu apporter à mes recherches d’historienne sur les collecteurs de musique, notamment sur la question des relations entre enquêteurs et enquêtés. Je vais commencer par un récit de ce mini-terrain de trois jours, puis j’en proposerai un retour réflexif.

Des archives au terrain.

            Je suis arrivée à Prairie du Rocher par les archives de l’American Folklife Center de la bibliothèque du Congrès. Le 20 décembre, j’ai demandé à y consulter des enregistrements de la Guiannée réalisés à Prairie du Rocher en 1948 par John W. Allen, folkloriste de la Southern Illinois University. La veille, Dan, co-leader de la Guiannée de Prairie du Rocher avec son frère cadet Gerry, avait contacté le centre pour obtenir ces mêmes enregistrements. Il nous a appris que la  Guiannée aurait bien lieu cette année, même si la tournée serait raccourcie et restreinte aux lieux publiques à cause de la pandémie.

             L’intérêt de Dan pour ces archives a aussi influencé mes objectifs initiaux. Je partais en effet avec l’intention d’obtenir des informations quant à l’usage que les participants de la Guiannée font aujourd’hui des enregistrements de terrain et autres formes de documentations produites par le passé sur leur pratique. Cet angle me paraissait avoir aussi l’intérêt de me placer, en tant qu’enquêtrice, dans une position plus distanciée vis à vis des informateurs et donc plus confortable : je ne viens pas pour les ethnographier, mais pour comprendre l’impact qu’a pu avoir sur leur pratique le fait qu’elle ait été étudiée par d’autres.

Prairie du Rocher – récit de terrain.

            À notre arrivée le 29 décembre au soir, Gerry nous a installé dans une maison qui date de la Guerre de Sécession et a résisté aux crues du Mississippi, dont la digue n’est qu’à quelques kilomètres. Dans la cuisine, des biscuits préparés par sa femme Linda nous attendaient. Notre hôte nous a recommandé une émission de musique classique, et s’est excusé pour les mentions « french » sur le savon et le pot de crème. Il nous a rappelé dans la foulée, comme l’avait fait son frère Dan par mail, qu’il n’a pas une seule goutte de sang français ; ses origines sont allemandes. Septuagénaire, Gerry a toujours vécu à Prairie du Rocher. Lorsqu’il ne se sent pas bien, il a une solution imparable : « just look at the bluff! » – l’imposante falaise sous laquelle le village est niché. Il s’est ensuite éclipsé, supposant que nous étions fatigués du voyage. 

            Nous avons retrouvé Gerry le lendemain après-midi dans son atelier de menuisier, au centre du village. Après avoir entonné les deux premières phrases de la Guiannée : « Bonsoir le maître et la maîtresse et tout le monde du logis. Pour le dernier jour de l’année la Guiannée vous nous devez », il nous a demandé si on comprenait les paroles – question qui est revenue régulièrement, tant de la part des chanteurs que des auditeurs-. Il nous a parlé de l’ancien leader de la Guiannée, Percy Clerc auprès de qui Gerry a appris la chanson. Lorsque Percy est mort au début des années 1980, tout le monde pensait que cela marquerait la fin du rituel (ce que craignait déjà le folkloriste John W. Allen en 1948). D’après Gerry, certains anciens étaient émus aux larmes lorsque lui et son frère ont repris le flambeau.

            Sachant que je suis musicienne et que j’avais commencé à déchiffrer la chanson de la Guiannée, Dan nous avait écrit que Gerry pourrait me prêter sa guitare me laissant dans l’incertitude sur ce qu’ils attendaient de moi : observer et travailler seule la Guiannée, recevoir un enseignement du morceau sans me joindre au groupe ou me joindre à la troupe pour la répétition ou même la tournée du 31. Yves lui a posé franchement la question, suite à quoi nous avons tous les deux été recrutés.2

            Le soir, nous avons donc participé à la répétition qui s’est tenue dans l’atelier de Gerry. Nous y avons rencontré Jenna, la trentaine, originaire de la région, violoniste et chanteuse de la Guiannée depuis l’adolescence et sa femme Tanya, sud-africaine, toutes deux professeurs d’anglais au Brésil, ainsi que Doyle, professeur d’auto-école proche de la retraite originaire du village voisin Modoc, qui nous a indiqué avoir des ancêtres français. Nous ont ensuite rejoint Jeremy, instituteur d’origine allemande, Gabe, musicien professionnel au patronyme français originaire de Prairie du Rocher, qui prépare un documentaire sur la Guiannée et a filmé la répétition, ainsi que Lisa, qui a aussi des ancêtres français et habite dans le coin et travaille comme aide soignante. Le grand absent de cette répétition était Dan Franklin qui, préoccupé par la situation sanitaire, n’a pas souhaité participer à la Guiannée cette année, à l’instar de l’année précédente.

Photo 2 : Pendant la répétition à l’atelier avec, de droite à gauche, Gerry, Yves, Camille, Tanya, Jenna et un bout de la main de Lisa. Photo prise par Gabe.

            Gerry a distribué les paroles de la Guiannée, avec une transcription phonétique en dessous de chaque vers, et, au dos, les paroles de « Chevaliers de la table ronde » que nous avons également chanté.

Photo 3 : Paroles et transcription phonétique de la Guiannée.

            J’ai été chargée par Gerry d’interpréter le petit « ditty » (« La chandelle de ma cousine… ») à la fin de la chanson, qui doit être chanté rapidement et dont la prononciation est d’après lui difficile pour les non-francophones. Cette petite intervention ne fait pas partie de la chanson « originelle », comme Gerry lui-même nous l’a mentionné, mais elle est pratiquée depuis au moins les années 1950 et caractéristique de la version de Prairie du Rocher. Maintenant que plus aucun francophone ne subsiste dans le village, en trouver l’interprète est un bricolage annuel.

            Nous avons ensuite chanté plusieurs fois la Guiannée, puis « Alouette » interprétée par Jenna à grand renfort de gestuelles éloquentes et enfin « Chevaliers de la table ronde » que Gerry n’aime pas beaucoup – « Alouette » et « Chevaliers de la table ronde » sont les chansons françaises les plus souvent apprises aux États-Unis. 

            Pendant une pause, j’ai demandé s’ils connaissaient la chanson « C’est dans la Prairie du Rocher » qui avait été enregistrée à Vieilles Mines (Missouri) en 1934 et a été attribuée plus tard à Percy Clerc.3 Je cherchais à obtenir la confirmation que ce chant avait bien été écrit par Percy et par la même occasion voir quelle serait leur réaction : la connaissaient-ils ? Seraient-ils intéressés par cet enregistrement de terrain documentant une chanson parlant de leur village ? J’ai chanté le début de la chanson, personne ne la connaissait et j’ai eu l’impression d’avoir jeté un froid. 

            Nous avons fini la soirée autour d’une bière à écouter les histoires de Gerry et de Jenna, notamment des récits d’anciennes Guiannées et du séjour de la troupe à Lafayette, Louisiane, pour un festival. Beaucoup d’anecdotes ont à nouveau évoqué Percy Clerc.

            31 décembre. Nous avons passé l’après-midi avec Gerry au Fort de Chartres où il a travaillé de nombreuses années.             

            Vers 17h30, nous avons retrouvé la troupe – qui, à notre surprise, était composée d’une vingtaine de personnes, trois fois plus qu’à la répétition – devant l’église. Presque tous étaient vêtus de costumes évoquant l’époque coloniale et certains avaient amené des instruments : violons, guitares et mandoline. Nous avons chanté dans l’église, entre le prêtre et les paroissiens, à la fin de la messe. Gerry, comme à chaque arrêt, a commencé par présenter la Guiannée, l’origine du rituel, son ancienneté – cette année marque les 300 ans de la fondation de Prairie du Rocher et de sa Guiannée – la signification des paroles et a signalé la composition très internationale de la troupe de cette année. Puis, tout le monde est parti en voiture vers l’arrêt suivant, la plus vieille maison du village, transformée en musée. La Guiannée y a cette fois été suivie par « Alouette » et « Chevaliers de la table ronde ». 

 

Vidéo 1 : La Guiannée à la Old Creole House. Certaines des représentations ont été diffusées en direct sur les réseaux sociaux.

           Direction ensuite la terrasse du bar-restaurant Lisa’s. Une vingtaine de personnes sur la foule qui le remplissait est sortie pour écouter les trois chansons. Après une autre représentation dans le bar d’à côté, la troupe s’est à nouveau séparée pour rejoindre l’American Legion Post. Nous avons cette fois chanté à l’intérieur. Dès que Gerry a pris la parole pour présenter la Guiannée, tous les clients du bar se sont tus. Après cette ultime représentation, nous sommes restés un bon moment au bar de l’American Legion. Stephan, l’un des violonistes de la troupe, a joué avec moi quelques morceaux cajuns. Originaire du Sud de l’Illinois et seule personne que nous ayons rencontré parlant couramment français, Stephan a découvert la Guiannée il y a quelques années et l’a rejoint bien qu’il n’ait aucun lien antérieur avec Prairie du Rocher même. Dans le cadre d’un projet universitaire, il a tenté d’organiser le lundi suivant une séance d’enregistrement de la Guiannée à l’université de Carbondale, mais elle a dû être reportée au printemps. 

           Vers 22h30, nous avons regagné nos pénates, après une bonne heure passée à écouter Gerry raconter, entre autres, des histoires de fantômes. Ce soir, il a senti la présence de Percy. 

           Notre participation à la troupe a contribué à l’établissement exceptionnellement rapide de relations de qualité avec plusieurs de ses membres, y compris sur le plan affectif. Ce qui l’a permis, c’est surtout l’attitude de ces figures à la fois cosmopolites et marginales, profondément impliquées dans le maintien délibéré, contre vents et marées, d’une tradition communautaire locale fragile. Rodés à exposer leur pratique et construire leur discours en dialogue tant avec les autres acteurs locaux qu’avec des chercheurs, musiciens ou touristes extérieurs, ils ont immédiatement apprécié, pris en main et employé notre intérêt et notre présence. Au final, la relation s’est développée si vite que Yves a décidé de tenter des entretiens dès le lendemain, notre dernier jour sur place, malgré mes inquiétudes qu’il soit trop tôt pour éviter directivité ou biais.

            Dans la matinée, Yves et moi avons donc réalisé un entretien enregistré de deux heures avec Jenna et Tanya à Red Bud, ville voisine de Prairie du Rocher où Jenna a grandi. Cette dernière, bien que sa famille maternelle soit originaire de Prairie du Rocher, n’a découvert la Guiannée qu’à l’adolescence grâce à sa professeure de violon classique. Depuis une dizaine d’années, Jenna vit à l’étranger mais, elle ne manque jamais une Guiannée. Grâce aux réseaux sociaux, elle assiste chaque année à la performance en direct, même si elle ne peut pas y contribuer.  Chargée du lead d’ « Alouette » et partenaire de Gerry dans la salutation en duo concluant la Guiannée, Jenna apparaîtrait comme successeur naturel au rôle de leader n’était cette expatriation. La question de qui pourra assumer ce rôle préoccupe plusieurs des participants. 

             Nous avons ensuite retrouvé Gerry dans son atelier, mais n’avons même pas tenté de mener l’entretien un peu formel que nous envisagions, son humeur étant clairement plus au bavardage. Par contre, et en miroir, Gabe est passé avec sa caméra pour réaliser avec nous un assez long entretien filmé, très bien mené, pour son film documentaire en cours sur la Guiannée. Occupé par ses captations vidéo, Gabe ne participe pas au chœur et ne connaît pas, ou mal, le chant, mais il est investi dans sa promotion et son maintien et conscient du besoin de préparer la succession de Dan et Gerry. Il a du coup demandé à Gerry de lui enseigner la chanson au fil de l’année.

Vidéo 2 : Bande annonce du documentaire de Gabe. Les extraits d’interviews choisis par Gabe insistent sur la permanence de cette « tradition » et sur l’esprit de cohésion et le sentiment de continuité qu’elle insuffle aux participants

            Je suis incapable de me remémorer précisément les questions qu’il nous a posées, hormis la première sur notre parcours, nos recherches et la raison de notre présence. En témoignant de ma gratitude quant à l’accueil chaleureux dont nous avons fait l’objet et de mon sentiment d’avoir été adoptée par la communauté de la Guiannée, j’ai été subitement submergée par une vague d’émotions visiblement communicative puisque Gabe a également eu les larmes aux yeux et s’en est trouvé quelques instants déstabilisé dans son rôle d’intervieweur. 

            Plus tard dans la soirée, Gerry est passé en coup de vent dans la maison pour nous suggérer d’écouter la radio :  il y avait une émission sur les musiques cajuns, puis un programme de country et folk. 

            Dimanche 2 janvier, après un ultime déjeuner chez Lisa’s, nous avons dit au revoir à Gerry et pris la route pour Washington, évitant de justesse la tempête de neige annoncée. 

Bilan et réflexions

            Je n’imaginais pas à quel point faire de l’observation participante est fatiguant, même sur une courte durée. Cet exercice d’ubiquité d’être à la fois acteur d’échanges sociaux et observateur demande énormément d’énergie. Je n’ai même pas réussi à maintenir la tenue de mon carnet de note au-delà du deuxième jour, alors que nous avions pourtant la possibilité de nous isoler régulièrement dans la maison où nous étions seuls à résider. J’en ai plus d’indulgence pour les notes indigentes de certains collecteurs, et plus d’admiration pour les autres.

            J’avais également sous-estimé la charge émotionnelle du terrain. Je partais avec la ferme intention de rester distante et critique vis a vis des informateurs, mais après seulement quelques jours je fondais presque en larmes devant eux, profondément touchée par leur gentillesse et la manière dont ils avaient partagé avec nous une célébration importante à leurs yeux. 

            Me rendre sur place m’a permis de changer l’échelle de mon regard et d’affiner ma compréhension de la région. Avant de partir, j’avais tendance à penser l’ancien Pays des Illinois comme un bloc régional relativement homogène. Une fois à Prairie du Rocher, j’ai réalisé que la ville voisine, Sainte Geneviève, où une tournée de la Guiannée a également lieu, est en fait géographiquement assez distante.

            Enfin, si je n’avais pas chanté et joué la Guiannée avec la troupe, les spécificités musicales que j’ai pu observer parce que Yves et moi étions rythmiquement en décalage avec le reste des chanteurs m’auraient certainement échappé. 

            En ce qui concerne maintenant mon projet initial d’enquêter sur l’usage des archives produites par le passé sur la Guiannée, j’ai été quelque peu déconcertée, voire initialement déçue, de constater que les enregistrements de terrain qui m’avaient amenés à Prairie du Rocher n’étaient pas, pour Gerry et la troupe, aussi importants que ce que je présupposais. Bien sûr, ils sont contents que ces enregistrements existent, mais la requête de Dan auprès du Folklife Center visant à obtenir une copie des enregistrements de la Guiannée de 1948 à Prairie du Rocher doit probablement être replacée dans le contexte de la pandémie et de son incapacité à participer au rituel. Sa démarche semble, dans ce cas particulier, fonctionner comme une substitution, une façon de faire la Guiannée à distance. 

            J’ai déjà mentionné le documentaire de Gabe et le projet d’enregistrement de la troupe par Stephan. Il faut y ajouter la production de documents sonores et écrits par Dan et Gerry. Les deux frères disposent d’un enregistrement sur cassette de la Guiannée interprétée par Percy Clerc qui est leur version de référence ; celle-ci a été enregistrée à Prairie du Rocher à l’initiative de la troupe d’alors. Ils savent que Percy a été enregistré à plusieurs reprises par différents collecteurs et la maison de disque d’une radio locale, mais ils ne possèdent pas, ni ne recherchent, de copie de ces enregistrements. En 1979, un an avant le décès de Percy, Dan a édité et publié un recueil intitulé « Echoes of Old Prairie du Rocher » contenant une sélection de son répertoire de chansons. Dan nous en a envoyé cinq exemplaires, dont deux sont destinés à l’American Folklife Center. Gerry, lui, nous a offert une copie sur CD d’un morceau instrumental local dont ils avaient organisé l’enregistrement par des musiciens professionnels pour le préserver. 

            À part cet intérêt tardif et exceptionnel de Dan pour ces enregistrements de 1948, le seul qui explorait des archives extérieures au groupe était Gabe, pour en intégrer éventuellement à son documentaire, c’est-à-dire y faire une sélection à s’approprier comme éléments de son discours personnel. 

            Les Guianneux de Prairie du Rocher s’affirment dans ce rapport aux archives comme les autorités sur leur propre pratique, producteurs d’un discours réflexif à la légitimité d’évidence. Leur disponibilité envers les chercheurs ou journalistes qui les visitent, leur intérêt ouvert pour leurs opinions nous semblent être fondé sur cette attitude et la relation d’égalité qu’elle induit.

            Si le maintien délibéré d’une tradition fragile est particulièrement favorable à la réflexivité, l’agentivité des informateurs est bien sûr toujours existante sur le terrain. Dans mes archives, construites et présentées par les collecteurs, elle est par contre masquée, d’autant plus que les définitions initiales du folklore le représentait comme une création spontanée, sans auteurs, dont les informateurs n’étaient que les dépositaires inconscients et involontaires, quand on n’allait pas jusqu’à reprocher sa dégradation à leur barbarisme. Mon travail sur les archives consiste en partie à reconstituer cette agentivité des informateurs et en avoir fait l’expérience directe m’y sera utile, notamment sur les points suivants.

            Plusieurs jours après notre retour, j’ai réalisé que je n’avais pas prêté beaucoup d’attention au goût de Gerry, comme de plusieurs autres Guianneux, pour la musique classique, alors qu’il l’avait affirmé dès le premier soir, puis à plusieurs reprises le lendemain. J’ai photographié pour référence chacun des cd de country, de cajun et de old-time qu’il avait dans son atelier, sans même remarquer l’affiche de collection d’histoire de la musique classique. Au dernier jour de notre séjour, Gerry s’était complètement adapté à mon biais, et nous recommandait des groupes régionaux de old-time et des émissions de folk.

            La manière dont l’enquêteur peut biaiser ses informateurs, et vice versa, est pourtant une question centrale dans mes recherches d’histoire des collectes de folk music. Les présupposés  d’un collecteur sur la valeur ou même la présence de tel ou tel type de musique peuvent parfois être faussement confirmés par l’informateur qui, souhaitant satisfaire l’enquêteur, sélectionne dans son répertoire les chants qui correspondent le mieux à ce qu’il comprend de ses intérêts de recherche. Puisque la plupart des sources auxquelles j’ai accès ont été produites par l’enquêteur, ces confirmations de biais me sont invisibles, et ne peuvent être soupçonnées que par le croisement des sources et un effort critique délibéré. 

            L’historienne locale Margaret Brown écrit à propos de la Guiannée, « it is now a curiosity, with little meaning to most of the townspeople, although they maintain a certain pride in it. » (Brown, 2005 : 300).  Puisque nous venions pour la Guiannée, nos interlocuteurs, tant ceux que nous avons recherchés que ceux qui sont venus nous parler, étaient ceux qui y attachent une importance. Au bar-restaurant chez Lisa, la majorité des clients n’a pourtant pas fait l’effort de sortir nous écouter chanter – même si lors de la pratique habituelle des années sans covid l’accueil est dit y être bon comme ce fut le cas au poste de l’American Legion. Une bonne partie du village semble ressentir envers le maintien de cette tradition une indifférence aimable ou une vague appréciation plutôt qu’un attachement profond. Il est déjà facile sur le terrain de surestimer l’importance de son objet parce qu’on ne fréquente que les gens pour qui il est important. Quand on accède à l’objet par les notes rapportées du terrain par un autre, comme c’est mon cas en tant qu’historienne des collecteurs, le risque est encore beaucoup plus grand.

            Ce mini-terrain a aussi été l’occasion d’observer comment la présence d’enquêteurs peut être instrumentalisée par les participants et servir à valider et valoriser leur pratique, ainsi qu’en témoigne notamment le fait que Gerry ait systématiquement signalé notre présence lors de la présentation de la Guiannée aux différentes étapes de la tournée. Nous avons sans doute influencé – de manière passive, par le seul fait de notre présence – le discours des informateurs concernant l’importance accordée à l’origine française de la Guiannée. 

            Avant même de venir à Prairie du Rocher, j’étais déjà méfiante à l’égard du postulat de certains chercheurs pour qui la Guiannée est une preuve du maintien d’une identité franco-américaine dans l’ancien Pays des Illinois ; j’en percevais les possibles dimensions essentialistes, voire anachroniques, et les biais de potentiels enjeux sous-jacents de militantisme pour la francophonie. Cependant, malgré cela, il aurait été tentant de surévaluer l’importance, aux yeux des participants, de l’origine française du rituel – et plus généralement du village. Il aurait été séduisant d’interpréter le fait qu’on nous informe systématiquement lorsqu’une personne a des ancêtres français, ou encore le fait qu’on nous ait maintes fois demandé ce que l’on pensait de leur prononciation du français, comme autant de preuves de la fierté et de l’importance accordée aux racines françaises du village et de son rituel du Nouvel An. Cependant ces références à la langue et aux ancêtres français n’ont de sens que replacées dans le contexte d’échanges avec des chercheurs français. En d’autres termes, si nous n’étions ni Français ni francophones, est-ce que l’accent aurait été autant placé sur la question de la francité de la Guiannée, alors que la plupart de ses membres ne sont pas d’origine française, ni francophones ?

            Il me semble que, plutôt qu’un marqueur de la survivance d’une identité franco-américaine, la Guiannée est avant tout une affaire de cohésion communautaire, de permanence d’une sociabilité villageoise honorant ses membres disparus. Il n’y a pas, par exemple, de tentative d’établir un réseau francophone supra-local avec les Guianneux de Sainte-Geneviève et Vieilles Mines, voire au-delà. La Guiannée de Prairie du Rocher est une célébration de la communauté locale, dans un sens qui ne se restreint pas aux seules personnes qui comptent des colons français parmi leurs ancêtres. L’élément d’identité locale mis en avant pour valoriser Prairie du Rocher n’est pas sa fondation par des Français, mais son ancienneté ; la valeur de la Guiannée tient de même à la revendication de ses 300 ans de pratique locale ininterrompue plutôt qu’à son origine française.

Photo 4 : Cette plaque, installée devant la poste, insiste sur l’ancienneté du village, mais ne mentionne pas le fait qu’il ait été fondé par des colons français.

            Ces dernières observations interrogent la définition même de mon objet d’étude, les collectes de musiques franco-américaines du Midwest. Je devrai faire attention à ne pas réifier cet objet et à notamment garder en tête que cette catégorie musicale peut aussi bien renvoyer à des musiques non-francophones pratiquées par des personnes s’identifiant comme d’origine française et à des musiques francophones interprétées par des personnes qui, comme Gerry, « n’ont pas une seule goutte de sang français », et que ce n’est pas forcément parce qu’elles sont françaises qu’elles sont interprétées.

Bibliographie

Brassieur Ray C. (1999), Expressions of French Identity in the Mid-Mississippi Valley, thèse de doctorat soutenue à University of Missouri-Columbia. 

Brown Margaret K. (2005), History as They Lived It. A Social History of Prairie du Rocher, Illinois, Carbondale, Southern Illinois University Press. 

Le Menestrel Sara (2017), « Review. Franco-American Identity, Community, and La Guiannée », Ethnologie française, vol. 47, n° 2, pp. 371-373. 

Servaes Anna (2015), Franco-American Identity, Community, and La Guiannée, Jackson, University Press of Mississippi.

Par Camille Moreddu (Jon B. Lovelace Fellow, Kluge Center, Library of Congress – camillemoreddu@yahoo.fr)

  1. Les acteurs principaux de la collecte et de la valorisation des répertoires francophones régionaux sont, par ordre chronologique de leur campagne d’enregistrement, W. A. Dorrance (c. 1930), J. M. Carrière (1934), J W. Allen (1948), A. Pouinard (1953), R. H. Thomas (1976 – c. 1983), C. R. Brassieux (1989 – 1999) et A. Servaes (2006 – 2007), ainsi que les associations locales Missouri Friends of the Folk Arts et Old Mines Area Historical Society. []
  2. Comme la folkloriste Mary Agnes Starr en 1948. []
  3. Voir : Old Mines Area Historical Society, Folder 2, American Folklife Center, Library of Congress. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.