Un projet de thèse à l’épreuve du terrain

Davis, California

Décembre marque l’achèvement des deux premiers mois de terrain de ma thèse. C’est aussi le début de la saison des pluies dans la vallée centrale de Californie – après plusieurs mois sans une goutte d’eau. Un déluge qui désoriente les nouveaux résidents accoutumés à l’imaginaire ensoleillé du Golden State, et survient au moment où se réoriente l’approche esquissée initialement pour mon projet de thèse. 

         Mon objet est une ville de 75 000 habitants réputée tant pour ses terres agricoles fertiles que pour abriter à sa bordure l’un des dix campus de l’université publique de Californie. Vue du ciel, elle hésite entre le vert émeraude du comté de Yolo et les tons taupe et azur de la baie de San Francisco. C’est à l’intérieur d’un bloc en béton blanc, infime pixel depuis une perspective aérienne, qu’avait débuté mon insertion dans la ville. J’étais alors venue ethnographier l’espace d’une station radiophonique communautaire1 dans le cadre de mon mémoire de Master. Pendant un mois, mon travail était ciblé. Je passais mon temps entre le studio d’enregistrement et le sas servant de salle de montage ainsi que d’espace de discussion informelle, tout en me joignant aux activités organisées à l’extérieur. L’observation de la radio a fait émerger plusieurs tensions : le clivage générationnel entre les « boomers » (65 ans et plus) et les « millenials » (étudiants de moins de 25 ans fraîchement débarqués sur le campus), lesquels représentent respectivement les deux franges majoritaires de la population de la ville ; les conditions économiques contrastées des résidents ; l’opposition entre l’urbanité du campus et l’héritage agricole de la ville.

          En partant de mes notes de terrain, j’ai choisi d’ouvrir mon projet de thèse à la ville prise comme un tout. Mon objectif : comprendre les dynamiques du « monde collectif » (Comaroff, 1992) des college town nord-américaines, à partir de la spécificité de Davis. Décrire les imaginaires contrastés sur lesquels elle repose ; les profils sociaux qu’elle assemble et oppose ; mais aussi les aspirations qu’elle suscite ou contredit. Sur quoi se fonde le sentiment d’appartenance à une ville située à proximité d’une université, et comment est-il vécu au quotidien ? 

Quand la posture de l’ethnographe fait émerger des stratifications sociales 

          Une fois revenue sur le terrain en octobre 2019, j’ai eu l’impression que rien n’avait changé : le conseil municipal était toujours animé par des débats de politique locale enflammés, l’été indien jouait les prolongations, et je retrouvais les mêmes personnes à leurs occupations habituelles. Le seul changement notable concernait l’apparition de plusieurs résidences à cinq étages en lieu et place de l’ancienne parcelle d’amandiers et d’orangers devant laquelle je circulais régulièrement à vélo. En outre, mon statut était passé d’étudiante de Master à celui de doctorante invitée à l’université de Berkeley. Si ce glissement pouvait me servir de gage lorsque je me présentais à de nouveaux interlocuteurs, il modifiait surtout ma perception de la ville. En effet, mes aller et retour hebdomadaires en train à Berkeley me donnèrent d’emblée l’occasion d’appréhender concrètement les mobilités urbaines dépassant les limites spatiales de Davis. Ils me firent également prendre conscience du caractère microcosmique de la ville comme une bulle au milieu des champs, ainsi que des jeux de hiérarchie entre, d’une part, la ville universitaire de Davis et les autres villes rurales proches n’abritant pas d’université et, d’autre part, UC Berkeley et UC Davis, créée à l’origine comme université agricole d’Etat rattachée administrativement à Berkeley. Le classement national de UC Davis parmi les meilleurs départements d’agriculture et d’études vétérinaires n’a pas altéré les représentations des étudiants de UCB qui plaisantent encore ouvertement sur l’héritage « Aggies » de UCD et le caractère « exotique » de la ville.

D’une approche par espaces à une ethnographie mobile dans la ville

          Prendre de la hauteur en ouvrant la ville universitaire aux mobilités urbaines la traversant coïncidait avec ma volonté de redécouvrir Davis par un autre canal que celui de la radio. Puisque mon objet est désormais la ville dans sa totalité, il me fallait choisir de nouveaux points d’ancrage, faire varier les interlocuteurs, et repérer des conflits qui articulent les représentations partagées des résidents. 

         Je me suis alors trouvée confrontée à trois difficultés principales. Premièrement, prendre la ville comme objet implique que tout en vient à faire potentiellement partie intégrante du terrain: le quartier où l’on loue une chambre, les amis d’amis avec lesquels on a été mis en contact, les activités sportives, ou encore le supermarché privilégié pour faire ses courses. En découle une accumulation d’observations impossibles à hiérarchiser entre elles. Deuxièmement, un paramètre central s’est trouvé chamboulé une fois sur place. Dès mon arrivée, plusieurs personnes me firent part de l’inexistence, spécifique à Davis, d’interactions entre la ville et le campus, qui gère ses affaires unilatéralement, sans consulter la ville. Or, l’un de mes axes de recherche portait précisément sur les conflits directs opposant les deux entités. Enfin, je me suis rendu compte progressivement que réfléchir en termes d’espaces où conduire une observation-participante ne m’aidait pas à avancer dans mes questionnements. Par exemple, si l’Eglise presbytérienne de Davis occupe une place importante en raison de la multitude d’activités non religieuses organisées sous ses tonnelles, les évènements politiques et artistiques locaux sont en mobilité permanente dans la ville de sorte qu’il est vain de se limiter à des espaces définis en amont. De plus, cela me donnait une image statique et compartimentée de la ville. Or, des visages connus surgissaient souvent dans plusieurs espaces, et je ne parvenais pas à saisir le mouvement, en termes à la fois de changement social et de mobilité citadine. Au bout de deux mois, sans savoir où aller pour ne pas m’éparpiller, j’ai finalement décidé de me recentrer pendant un temps sur l’espace de la radio que je connaissais déjà. Alors que je l’avais d’abord écarté précisément parce que j’avais la sensation de le connaître trop bien et que l’accès y était aisé, je réalisai que c’était davantage en réfléchissant aux mobilités spatiales des individus, aux « réseaux » (Hannerz, 1980) dont ils font partie à et en dehors de Davis, sans omettre ceux dont ils sont exclus, que la ville prenait forme et consistance empirique. Creuser certains liens forgés dans cet espace en suivant plusieurs profils sociaux dans d’autres lieux et situations d’interaction m’apparaît à ce stade le plus pertinent. Il s’agit donc de pratiquer une approche ethnographique mobile dans la ville. Cette approche dépasse la simple description des sociabilités : elle donne à voir la ville telle que vécue, appropriée, divisée selon l’âge, les ressources économiques, le genre, la saison, l’heure du jour ou de la nuit. Les profils sociaux choisis se rapprochent d’idéaux types pensés comme des vecteurs pour comprendre les processus de transformation sociale et urbaine. Je conserve néanmoins des bases stratégiques de repli – mon quartier avec ses problématiques spécifiques, l’Eglise et une salle communautaire. Pour finir, toujours dans la perspective d’aborder la ville de manière globale, je me concentre sur deux préoccupations partagées par l’ensemble des résidents qui révèlent les tensions vis-à-vis de son évolution : la gestion des sans-abris et les efforts de divers groupes sociaux pour revaloriser l’image de la college town comme lieu désirable à vivre.

La variable du genre

       Débuter mes observations dans des espaces ciblés m’avait semblé être, au départ, la meilleure approche pour dépasser la densité du terrain puisque cela me donnait des points de repère tangibles sur lesquels m’appuyer. Si cette approche apparaît désormais insuffisante, elle m’a permis de faire émerger de nouvelles variables. La plus flagrante et inattendue a été celle du « genre ». C’est une variable que j’avais jusqu’à présent laissée de côté. Ainsi, en participant aux petits-déjeuners de la Maison Internationale de UC Davis, je pensais rencontrer des étudiants internationaux. Je suis en réalité tombée sur des femmes de 27 à 85 ans, retraitées ou femmes au foyer travaillant à distance, qui ont toutes suivi leur mari pour venir s’établir à Davis. Ce sont souvent des femmes qui avaient des fonctions importantes dans leur précédent travail, qui sont dotées d’un capital culturel important, et rapportent toujours la même histoire : elles ont étudié à UC Davis mais ne s’imaginaient pas revenir pour y vivre – ou elles n’y ont pas étudié et ne pensaient pas y atterrir ; elles ont choisi la ville pour son climat méditerranéen et sa localisation stratégique entre l’océan et les montagnes ; elles ont du mal à s’y intégrer même si leurs maris les poussent à s’y investir ; elles pensaient partir au bout d’un an puis sont finalement restées après y avoir fondé une famille. Leurs discours se recoupent quasi-systématiquement avec ceux d’autres femmes à Davis : une cadre dans le secteur immobilier venue de San Luis Obispo, une retraitée ancienne traductrice née en France, la responsable du Yolo Healthy Aging Alliance élue « femme de l’année » par le comté de Yolo et née dans le Wisconsin, une chanteuse de folk, la femme brésilienne d’un étudiant MBA à Davis… Leurs maris travaillent à l’université mais peuvent aussi être employés à Sacramento ou dans la baie de San Francisco. Plus que les itinéraires géographiques ou sociaux que j’avais mis en avant dans mon projet, c’est la thématique du genre qui devient importante à explorer. J’ai entrepris de comparer ces différentes générations de femmes au prisme de mon approche ethnographique par les mobilités afin de mieux cerner leur investissement politique et social dans la ville, leurs aspirations et leurs craintes, les difficultés auxquelles elles sont confrontées, sans négliger les clivages spatiaux qui peuvent les distinguer. Dans ce cadre, il conviendra de ne pas exclure la situation des hommes à Davis, en réfléchissant à ce que la singularité du contexte universitaire vient éclairer. 

          La mise à l’épreuve du terrain de mon projet de thèse m’a donc conduit à modifier mon approche méthodologique, en passant d’une observation-participante dans des espaces spécifiques à une ethnographie mobile dans la ville. Des questions à la marge autour des itinéraires géographiques et sociaux sont ressorties en faisant émerger la variable du genre. Enfin, les représentations ambivalentes de Davis, alternativement idéalisée ou stigmatisée selon l’espace et la situation d’interaction, renforcent l’intérêt de cette college town comme cas d’étude. Elle permet de mettre en lumière des dynamiques de changement social qui seraient plus diluées et moins prégnantes dans des grands pôles urbains, où l’université ne serait pas l’employeur principal de la ville, où l’agriculture ne dominerait pas l’industrie régionale, et où les échelles de grandeur rendraient l’espace plus difficile à cartographier mentalement.

Bibliographie

Comaroff John, Comaroff Jean (1992), Ethnography and the historical imagination, Oxford, Westview Press.

Hannerz Ulf et Joseph Isaac (1983) [1980], Explorer la ville : éléments d’anthropologie urbaine, Paris, Les Editions de Minuit.

Par Marie Vidal (EHESS/MONDA/CENA)


[1] Les radios de type communautaire, diffusant à faible puissance, font partie des 20% de groupes locaux émettant sur la tranche non commerciale de la bande en modulation de fréquence. 

  1. Les radios de type communautaire, diffusant à faible puissance, font partie des 20% de groupes locaux émettant sur la tranche non commerciale de la bande en modulation de fréquence. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.